Fersenews !

ANNE DE KIEV, REINE LIBÉRÉE ET ROMANTIQUE.

Série « Une semaine, une femme »

Qui était Anne de Kiev ?

Une des élèves d’ UPE2A a choisi cette femme illustre pour l’exposition et en fouillant un peu , nous nous sommes aperçu qu’elle était….. notre ancêtre !!!!!!

Anne est née vers 1027, fille de Iaroslav le Sage, grand prince de Kiev et de Irina de Suède, .  Iaroslav était un prince « très érudit, précise Marie-Pascale Hallo. On dit qu’il parlait cinq langues. Il est le petit-fils de sainte Olga  » (Voir la princesse Olga dans l’exposition des UPE2A).

Des évêques français vont chercher Anne à Kiev, princesse chrétienne, pour qu’elle vienne épouser le roi des Francs, Henri 1er en 1051.

Premier choc pour la princesse : l’âge de son époux, elle a 25 ans et son époux en a 43 ans !!! Autant dire qu’elle épouse un vieillard à l’époque ! (Le portrait ci-dessous doit l’embellir un peu !)

Deuxième choc : elle débarque dans un royaume de blaireaux, elle qui était si raffinée si on en croit Marie-Pascale Hallo : « On sait qu’il y avait une différence entre le royaume des Francs, encore très rustre, et la principauté de Kiev, beaucoup plus raffinée« . Au XIe siècle, Kiev est considérée comme la deuxième plus belle ville du monde, après Byzance.

Néanmoins, Anne aura quatre enfants  dont Philippe (1052-1108), qui sera sacré roi des Francs le 23 mai 1059. Il a 7 ans. Donc un roi franco-ukrainien finalement !!!

Malheureusement, Henri 1er est empoisonné (On se demande bien par qui…,) le pauvre Philippounet est trop petit pour régner (8 ans) et c’est son oncle Baudoin (Comme par hasard…) qui assure la régence. Du coup, Anne, un peu encombrante au palais avec sa marmaille, se retire à Senlis où elle fonde l’Abbaye Saint-Vincent en 1060 pour rendre hommage à son mari défunt.

L'abbaye Saint-Vincent à Senlis, fondée en 1060 par Anne de Kiev.
L’abbaye Saint-Vincent à Senlis, fondée en 1060 par Anne de Kiev. • © P. Poschadel

Mais attendez, l’histoire ne s’arrête pas là ! Le plus romantique va venir.

A Senlis, ne croyez pas qu’Anne passe son temps à prier St Vincent , à croquer de l’hostie et broyer du noir. Non, non : Elle est enfin LI-BÉ-RÉE, de son mari, des contraintes politiques, de la cour, de sa famille. Elle se consacre désormais aux plaisirs de la chasse et des mondanités dans son palais.

Il faut dire qu’ à trente cinq ans, c’est une femme d’une beauté incomparable, elle est très courtisée. Et on raconte qu’elle échangea un « long et ardent baiser » près d’une fontaine avec un de ses courtisans (marié, père de famille ), le seigneur Raoul de Crépy. (voir photo)

Une homme très expéditif au demeurant, car, dès qu’il rentra chez lui, il répudia sa femme, l’envoya au couvent, puis ,enleva Anne et l’épousa. (Le rapt à l’époque était une façon de forcer un mariage auquel les parents s’opposaient, voir Bel-Ami de Maupassant)

Imaginez le scandale au royaume, ! Anne fut déclaré adultère, son fils Philippe, roi entre temps, lui tira la gueule, le pape ordonna à Raoul de récupérer son épouse répudiée (C’est elle d’ailleurs qui est allée le balancer au Pape). Rien n’y fit !

Raoul et Anne se soucièrent de tout cela comme d’une guigne et continuèrent à s’aimer jusqu’à leur mort. (Trop beau !). Raoul s’éteignit en 1074 et Anne deux ans plus tard.

Alors ? Et oui, Anne, une femme libérée pour son époque et tellement romantique !

Prochainement une autre femme célèbre inspirée par les élèves d’UPE2A, dans notre série « une semaine, une femme ».

4 commentaires

Notre site établissement

Vous êtes sur le journal en ligne du collège Fersen d’ANTIBES. Pour retrouver les informations officielles du collège, connectez-vous sur notre site d’établissement

https://www.clg-fersen.ac-nice.fr/